Nos mariage

Nos mariage
NOS MARIAGES

June And Jane

June And Jane
JUNE AND JANE

SHOP

SHOP
SHOP

VRAIS OU FAUX JUMEAUX ?


"Et ce sont des vrais ?" Voilà la question à 1M€ auquel j'ai droit à chaque sortie avec ma poussette double, suivi très souvent par "Et vous en avez dans la famille?". (Vous noterez l'importance du "Et" devant ce type de questions !)  Alors parfois quand j'ai le temps, j'entame la discussion avec ces personnes mais je me rends très vite compte que le principe de gémellité reste encore un territoire inconnu, avec beaucoup beaucoup d'idées reçues. Petit rappel de biologie donc à faire circuler sans plus attendre par le bouche à oreille !

Qu'entends-t'on par "faux jumeaux" ou dizygotes dans le langage scientifique ? Les jumeaux dit dizygotes (donc les "faux" !) sont le fruit d'une double fécondation, il y a eu deux ovules qui ont été fécondés par deux spermatozoïdes en même temps. C'est le cas le plus fréquent, 2/3 des jumeaux sont concernés. Les bébés ont ainsi chacun leur poche amniotique et leur placenta, et se développent indépendamment l'un de l'autre dans l'utérus. Ce type de grossesse pour la maman s'appelle bi-choriale bi-amniotique.  Ils ont leur propre patrimoine génétique tels deux enfants uniques issus de même parents, et bien souvent ils sont de sexes différents (mais pas systématiquement, haha le piège !).

Ce type de grossesse peut être favorisé par différents facteurs :

- l'hérédité : du côté de la maman toujours, si il y a eu des jumeaux dans la famille, parfois cela peut sauter plusieurs générations.

- l'âge : plus l'âge de la maman est avancé plus il y a une possibilité de grossesse gémellaire.

- le nombre de grossesse : plus la maman a eu des grossesses, plus le risque d'une grossesse gémellaire est élevé. De même suite à une grossesse gémellaire de dizygotes, les risques d'une nouvelle grossesse gémellaire sont plus élevés.

- le traitement contre l'infertilité.

Qu'entends-t'on par "vrais jumeaux" ou monozygotes dans le langage scientifique ?  Les jumeaux monozygotes sont quant à eux le fruit d'une seule fécondation, un ovule est fécondé par un seul spermatozoïde. Ce sont des grossesses plus rares avec différents sous-types selon la période où l'ovule s'est divisé.

- si l'ovule se divise moins de 2 jours après la fécondation, les deux bébés auront leur placenta chacun et leur poche amniotique. Ce sera donc une grossesse bichoriale-biamniotique pour la maman et les deux bébés seront similaires en poids et en taille à la naissance.

-  si l'ovule se divise entre 2 et 8 jours après la fécondation, les deux bébés partagent le même placenta mais ont une poche amniotique chacun. C'est une grossesse monochoriale-biamniotique pour la maman et les bébés ont souvent une différence de taille/poids à la naissance car ils ont partagés le même placenta. Cette particularité peut provoquer le risque du syndrome transfuseur-transfusé, lorsqu'un bébé partage le flux sanguin de l'autre bébé, pouvant causer la mort du bébé affecté. Une surveillance régulière du poids et de la taille des deux bébés au cours de la grossesse est donc nécessaire.

- après 8jours, lorsque la poche amniotique est déjà formée mais qu'il y a eu une scission du zygote, les deux bébés partagent alors la même poche et le même placenta. C'est une grossesse monochoriale-monoamniotique pour la maman et c'est des cas vraiment très rares. Les risques de STT sont encore plus présents.

Si vous voulez en savoir encore plus sur toutes ces différences entre les monozygotes et les dizygotes, je vous conseille le très chouette blog de Sophie, Jumeaux and Co et sa rubrique "Pourquoi moi ?".


De mon côté j'ai vécu une grossesse monochoriale-biamniotique. Un pur hasard et la surprise totale lors de la première échographie. Mes deux poulettes avaient chacune leur poche d'eau mais elles partageaient le même placenta (ce sont donc de vraies jumelles ^^). Fait anecdotique, j'étais suivie au début de ma grossesse par deux gynéco dans deux hôpitaux différents. Le premier a daté ma grossesse du 19 janvier 2015, tandis que le deuxième l'a daté du 21 janvier 2015. Je me plais à imaginer que la date du 19 janvier correspond à la fécondation et celle du 21 à la scission et la naissance in-utéro de mes petites jumelles. J'ai eu une surveillance accrue avec une échographie tous les quinze jours et j'ai accouché dans une maternité de stade 3 pour prévenir tous risques, pour moi et mes bébés, décision prise au cours du quatrième mois malgré les 2H de routes qui me séparaient de chez nous. Je ne voulais vivre en aucun cas l'expérience traumatisante de voir mes bébés partir loin de moi dans un autre hôpital que celui où j'aurais accouché si jamais la naissance devait tourner au vinaigre. J'ai très mal vécue ma grossesse en partie par ce suivi médical lourd et le risque de STT permanent au dessus de ma tête. Je faisais les trajets la boule au ventre en imaginant le pire à chaque fois et malgré les nouvelles encourageantes à la sortie je repartais toujours avec cette boule, un peu moins lourde certes mais toujours présente jusqu'aux quinze prochains jours.
C'est désormais bien loin derrière moi cette expérience (et j'en suis pas mécontente !) mais il est vrai qu'avec les questions récurrentes "c'est des vrais ou des faux ?" j'y repense souvent à ce type de grossesse vraiment pas commun ! 

NOTRE JOLI JOUR

19 mars 2012 notre joli jour rien qu'à nous, celui où nous nous sommes dis Oui ! officiellement. Cinq années déjà qui se sont écoulés, cinq belles années où nous avons vécus tellement de choses intenses : la création de notre entreprise, l'arrivée de nos jumelles tel un ouragan dans notre vie de couple et dernièrement notre projet de maison qui éclos petit à petit. Notre mariage me paraît tellement loin maintenant et pourtant j'ai toujours ce petit sourire aux lèvres quand je repense à cette belle journée et puis quand on regarde les photos, jolie tradition du 19 mars au soir désormais. 
Cinq années de mariage mais aussi quinze années d'amour puisque nous avions décidés de nous marier le jour où nous nous sommes embrassés pour la première fois le 19 mars 2002, sur un terrain de basket alors, adolescents en fleurs que nous étions. Quinze années d'un amour tendre et pouvoir se dire que désormais les prochaines années à venir nous passerons plus de temps ensemble que séparés et c'est une idée que j'aime beaucoup, beaucoup...

TOI MON TOIT !


 Le hangar en Mars 2016, avant la rénovation de la toiture. 

Pendant le détoiturage.
 Les velux dans la chambre des filles + sdb, une fois le pare-pluie posé.
Pare-pluie posé sur toute la surface du toit.
Les nouvelles tuiles et coffrage en bois épicéa !


On a débuté les travaux le 9 Janvier 2017 par la réfection totale de la toiture. On a hésité très longtemps à refaire le toit car les tuiles datant des années 1970 étaient encore en très bon état, à part deux ou trois à changer, il n'y avait aucunes fuites dans le hangar, et puis c'était un sacré coût dans notre budget. Mais au fil du temps qu'on avançait dans nos devis, que notre projet s'affinait, que le choix d'isolation intérieure avait été faite on a pas voulu prendre de risques d'une éventuelle fuite qui pourrait tout abimer à l'intérieur et on a opté pour une réfection totale afin d'être serein pour les 100 prochaines années ! En trois semaines nos super charpentiers ont enlevé les anciennes tuiles, refait les liteaux intermédiaires en conservant la charpente métallique, posés le pare-pluie, remis les tuiles, créés les sorties de WMC... Fin janvier nous avions un nouveau toit, tout beau, tout neuf avec de belles tuiles en brique rouge (et pas en simili brique avec des impressions effet cuisson au bois très moches !!). Ils nous ont rajoutés des velux pour la future chambre des filles et leur salle de bain. Initialement nous avions prévu de grands formats de velux pour avoir le max de lumière mais au moment de les poser, on s'est rendu compte que c'était pas possible à cause de la charpente métallique, impossible à scier comme des linteaux en bois ! Du coup on a dû se rabattre par deux petits formats côtes à côtes pour les deux chambres et un petit dans la salle de bain. C'est un léger regret en soi mais on se dit qu'on compensera avec les grandes fenêtres qu'on aura dans la pièce à vivre. Et si vous cherchez des charpentiers, les passionnés du bois et de la toiture qui nous ont refait si bien et si vite notre toit s'appellent Thomas Galliot et Brice Michel, ils ont leur entreprise basée aux Mées dans le 04 et nous vous les recommandons chaleureusement !

BONJOUR MARS !


Bonjour Mars et tes jolies fleurs de Prunus qui fleurissent dans les rues de notre petite ville. Que j'aime ces fleurs, si délicates et éphémères, tellement précieuses que je n'ose pas y toucher ou casser une branche de l'arbre pour en ramener à la maison.  Alors je les regarde simplement et je lève la tête très souvent quand je sillonne la ville avec ma poussette double ! J'ai essayé de les montrer aux filles pour qu'elles partagent avec moi cette admiration, mais concrètement tant qu'il n'y a rien à toucher ou à mettre à la bouche, l'intérêt chez elles est proche du néant ! 

Bonjour Mars et tes jolies fleurs de Prunus, promesse des beaux jours qui arrivent, de la température qui remonte et de l'euphorie que ramène avec lui le printemps. Je suis bien contente de te voir Mars et j'espère que tu tiendras tes promesses.

Février fut un mois bien rude pour nous, je n'ai même pas eu le temps de venir par ici. Février 2017 c'est le mois où notre petite Louise a été bien malade pendant 15 longs jours, des allées et venues incessantes chez le médecin sans rien trouver, devoir rentrer chez soi la boule au ventre avec juste une dose doliprane en sachant pertinemment qu'il y a autre chose, mais quoi ? Cet instinct de maman au fond de mon ventre qui savait que ça n'allait pas malgré l'avis du médecin. Et puis finir par trouver le quoi et passer 3jours à l'hôpital avec un bébé perfusé dans les bras en mode koala elle qui normalement ne tient pas en place plus de deux minutes. Trois semaines maintenant que cette épreuve est dernière nous mais je ne la digère toujours pas. 

Février 2017 c'est aussi le mois où nous avons eu une méga panne de voiture, le genre d'imprévu qui coûte un bras, qui tombe toujours mal et qui mine le moral. (Même si d'un point de vue positif c'est mieux que ce soit arrivé maintenant que lors d'un déplacement sur un mariage !!).

Février 2017 c'est le mois où nos travaux ont été arrêtés par un inspecteur du travail, car l'entrepreneur qui intervient pour l'isolation de notre hangar n'avait pas suffisamment sécurisé ses échafaudages. Aujourd'hui le chantier est sécurisé et n'attend plus que l'aval du fameux inspecteur sauf que celui-ci est en vacances ! Très pratique pour la contre visite ! Et nous on attend la boule au ventre de voir les jours sans avancées du chantier qui s'écoulent et dans l'autre sens les jours donnés pour notre préavis qui reculent de plus en plus. Et puis surtout une certaine amertume dans cette histoire, la jalousie des gens qui n'ont rien d'autres à faire que de la délation, et le zèle d'un fonctionnaire de province qui abuse de son petit pouvoir et joue le jeu de cette délation. Nous ne sommes pas concernés par cette inspection, seule l'entreprise d'isolation l'est (et c'est elle d'ailleurs visée par la délation, car c'est un jeune qui réussit très bien, attirant ainsi convoitise et jalousie), mais en bout de ligne concrètement c'est nous qui subissons de plein fouet et c'est vraiment une situation injuste. 

Février 2017 tu n'auras pas été très sympa avec nous alors Mars et tes jolies fleurs de Prunus on attend beaucoup de toi ! Plus de maladies par chez nous, plus de problèmes techniques (ordi qui plante ou voiture qui lâche) et surtout vite vite que nos travaux reprennent !