Nos mariage

Nos mariage
NOS MARIAGES

June And Jane

June And Jane
JUNE AND JANE

SHOP

SHOP
SHOP

VRAIS OU FAUX JUMEAUX ?


"Et ce sont des vrais ?" Voilà la question à 1M€ auquel j'ai droit à chaque sortie avec ma poussette double, suivi très souvent par "Et vous en avez dans la famille?". (Vous noterez l'importance du "Et" devant ce type de questions !)  Alors parfois quand j'ai le temps, j'entame la discussion avec ces personnes mais je me rends très vite compte que le principe de gémellité reste encore un territoire inconnu, avec beaucoup beaucoup d'idées reçues. Petit rappel de biologie donc à faire circuler sans plus attendre par le bouche à oreille !

Qu'entends-t'on par "faux jumeaux" ou dizygotes dans le langage scientifique ? Les jumeaux dit dizygotes (donc les "faux" !) sont le fruit d'une double fécondation, il y a eu deux ovules qui ont été fécondés par deux spermatozoïdes en même temps. C'est le cas le plus fréquent, 2/3 des jumeaux sont concernés. Les bébés ont ainsi chacun leur poche amniotique et leur placenta, et se développent indépendamment l'un de l'autre dans l'utérus. Ce type de grossesse pour la maman s'appelle bi-choriale bi-amniotique.  Ils ont leur propre patrimoine génétique tels deux enfants uniques issus de même parents, et bien souvent ils sont de sexes différents (mais pas systématiquement, haha le piège !).

Ce type de grossesse peut être favorisé par différents facteurs :

- l'hérédité : du côté de la maman toujours, si il y a eu des jumeaux dans la famille, parfois cela peut sauter plusieurs générations.

- l'âge : plus l'âge de la maman est avancé plus il y a une possibilité de grossesse gémellaire.

- le nombre de grossesse : plus la maman a eu des grossesses, plus le risque d'une grossesse gémellaire est élevé. De même suite à une grossesse gémellaire de dizygotes, les risques d'une nouvelle grossesse gémellaire sont plus élevés.

- le traitement contre l'infertilité.

Qu'entends-t'on par "vrais jumeaux" ou monozygotes dans le langage scientifique ?  Les jumeaux monozygotes sont quant à eux le fruit d'une seule fécondation, un ovule est fécondé par un seul spermatozoïde. Ce sont des grossesses plus rares avec différents sous-types selon la période où l'ovule s'est divisé.

- si l'ovule se divise moins de 2 jours après la fécondation, les deux bébés auront leur placenta chacun et leur poche amniotique. Ce sera donc une grossesse bichoriale-biamniotique pour la maman et les deux bébés seront similaires en poids et en taille à la naissance.

-  si l'ovule se divise entre 2 et 8 jours après la fécondation, les deux bébés partagent le même placenta mais ont une poche amniotique chacun. C'est une grossesse monochoriale-biamniotique pour la maman et les bébés ont souvent une différence de taille/poids à la naissance car ils ont partagés le même placenta. Cette particularité peut provoquer le risque du syndrome transfuseur-transfusé, lorsqu'un bébé partage le flux sanguin de l'autre bébé, pouvant causer la mort du bébé affecté. Une surveillance régulière du poids et de la taille des deux bébés au cours de la grossesse est donc nécessaire.

- après 8jours, lorsque la poche amniotique est déjà formée mais qu'il y a eu une scission du zygote, les deux bébés partagent alors la même poche et le même placenta. C'est une grossesse monochoriale-monoamniotique pour la maman et c'est des cas vraiment très rares. Les risques de STT sont encore plus présents.

Si vous voulez en savoir encore plus sur toutes ces différences entre les monozygotes et les dizygotes, je vous conseille le très chouette blog de Sophie, Jumeaux and Co et sa rubrique "Pourquoi moi ?".


De mon côté j'ai vécu une grossesse monochoriale-biamniotique. Un pur hasard et la surprise totale lors de la première échographie. Mes deux poulettes avaient chacune leur poche d'eau mais elles partageaient le même placenta (ce sont donc de vraies jumelles ^^). Fait anecdotique, j'étais suivie au début de ma grossesse par deux gynéco dans deux hôpitaux différents. Le premier a daté ma grossesse du 19 janvier 2015, tandis que le deuxième l'a daté du 21 janvier 2015. Je me plais à imaginer que la date du 19 janvier correspond à la fécondation et celle du 21 à la scission et la naissance in-utéro de mes petites jumelles. J'ai eu une surveillance accrue avec une échographie tous les quinze jours et j'ai accouché dans une maternité de stade 3 pour prévenir tous risques, pour moi et mes bébés, décision prise au cours du quatrième mois malgré les 2H de routes qui me séparaient de chez nous. Je ne voulais vivre en aucun cas l'expérience traumatisante de voir mes bébés partir loin de moi dans un autre hôpital que celui où j'aurais accouché si jamais la naissance devait tourner au vinaigre. J'ai très mal vécue ma grossesse en partie par ce suivi médical lourd et le risque de STT permanent au dessus de ma tête. Je faisais les trajets la boule au ventre en imaginant le pire à chaque fois et malgré les nouvelles encourageantes à la sortie je repartais toujours avec cette boule, un peu moins lourde certes mais toujours présente jusqu'aux quinze prochains jours.
C'est désormais bien loin derrière moi cette expérience (et j'en suis pas mécontente !) mais il est vrai qu'avec les questions récurrentes "c'est des vrais ou des faux ?" j'y repense souvent à ce type de grossesse vraiment pas commun ! 

4 commentaires

  1. Même grossesse pour moi😊 mono-bi! Lorsqu'on me questionne dans la rue par contre je ne m'embête pas a expliquer...trop long! J'ai eu un suivi comme toi tous les 15j mais ai très bien.vécue ma grossesse je ressortais chaque fois le Coeur léger et rassurée. Des bises😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as eu bien de la chance ! Ma petite Louise faisait toujours des siennes et j'ai eu quelques frayeurs en cours de route. Ma grossesse s'est terminée par un début de STT et une pré-éclampsie pour moi donc je n'en garde pas de bons souvenirs !

      Supprimer
  2. Bonjour !
    Je me permets de rectifier une petite chose concernant les grossesses bi choriales bi amniotiques qui peuvent mener à des monozygotes (30% des cas de bi bi selon le moment de la division) Au final en cas de grossesse bi bi Et si les sexes sont identiques c'est surprise pour nous pour savoir si monozygote ou dizygote (les vrais ou les faux ahah !) du coup je me contente d'un "Et bien on saura dans quelques temps! C'est la surprise !"
    Il est clair que la grossesse gémellaire suscite beaucoup de réactions différentes mais le point commun c'est que c'est très intrusif !!! Spontané? Y'en a dans la famille? Ah bah bon courage !
    Je retiens juste que passé le stade du choc c'est une chance incroyable :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est certain pour vous c'est la surprise finale :) Merci pour le complément d'infos !

      Supprimer